[Test produit] Saal Digital- Tableau

Récemment j’ai été contacté par Saal-Digital pour tester un de leur produit. Voici mon retour.

A propos de Saal Digital

Saal Digital est une société d’impression Allemande (Saal est le nom de la famille qui a créé la société) qui tente de s’implanter sur le marché français depuis plusieurs années maintenant. Fort d’une experience importante de l’impression photo saal-digital espère bien attirer particulier et professionnel de la photo sur son site www.saal-digital.fr

Saal Digital bénéficie d’une excellente réputation outre Rhin avec des prix attractif, des délais de livraisons rapide et une large gamme de produit.

Le produit à tester

Donc, Saal-digital m’a contacter en m’offrant un bon d’achat de 50€ sur leur site internet pour tester un de leur produit “Tableau” de mon choix.

Mon choix s’est porté sur leur tableau avec support acrylique. Le principe : une impression photo contre collé derrière une vitre en acrylique, sans bordure. Un rendu qui m’intriguait depuis longtemps.

Cette fois-ci j’en profite aussi pour essayer d’imprimer directement en JPEG. Bien que le système permette d’envoyer des TIFF, avec un espace colorimétrique ProPhotoRGB, je souhaitais voir le rendu d’une photo JPEG déjà en espace colorimétrique sRGB.

J’ai choisi d’utiliser la photo “Chandèle” de ma série sur le Mirage 2000. Photo qui avait reçu un TOP de la part de Focus-Numérique.

Une fois la photo choisie, via le logiciel téléchargeable sur le site en trois coups de cuillère à pot on arrive à finaliser le produit. Plus qu’à payer, cliquer sur envoyer et le logiciel envoie la photo et l’ordre d’impression en Allemagne.

Réception et ouverture

10 jours après l’envoi de la commande, non sans mal à cause de notre cher La Poste nationale qui aime bien nous faire courir pour rien, je reçois le tableau. (Le colis est expédié par DHL qui retransmet à la Poste une fois en France).

Le tout est parfaitement emballé dans un carton d’expedition, c’est impeccable, très bien protéger. Rien à redire la dessus.

Une fois la mousse de protection retirée, il reste un film plastique de protection pour l’acrylique à retirer également et la photo apparait.

Rien à redire également, le rendu est top, les couleurs sont fidèles et le passage par une photo JPEG et non TIFF n’est pas visible. (Il faut un œil entrainé pour s’en rendre compte).

Conclusion

Suite à mon test de leur livre photo avec ouverture à plat, Saal-Digital me permet une fois de plus de tester leur produit, et quel qualité !

Rapide, bien et dans les prix du marché, cet acteur récent sur le marché de l’impression à distance à tout pour séduire de nouveau client, grand public comme professionnel. 




JE SUIS : CLAIR-OBSCUR

Le concours

Pendant les mois de mars et d’avril 2016 Nikon France a
organisé un concours “Je suis : Clair-Obscur”. Le but était simple : faire une
photographie “clair-obscur” avec leur dernier objectif : le Nikkor
24-70mm f/2.8 VR
.

Et pour faire ça bien, Nikon permettait d’emprunter
gratuitement l’objectif dans les boutiques Nikon Pro participant à l’opération.

J’ai donc fait appel à mon revendeur habituel : Panajou à
Bordeaux.

Nikkor 24-70 f/2.8 VR

Avant de parler de la photo, parlons de l’objectif en lui-même.
Etant en possession de l’ancien 24-70 je vais les comparer : le nouveau 24-70
est plus gros et plus lourd. La lentille frontale de 82mm et les 300g (de 900g
à 1.2kg) sont là pour le prouver.

Mais ce nouvel objectif remplit son rôle, adossé à mon D750
et son grip MB-D16 le nouveau 24-70 reste équilibré et pratique à utiliser. Le
piqué est toujours aussi parfait lorsque l’on ferme entre 5.6 et 11. En dessous
c’est un peu moins mou que sur l’ancienne version, et au-dessus des aberrations
chromatiques apparaissent. Rien d’anormal toutefois, ni d’incorrigible.

Le système de stabilisation est quant à lui très efficace
dans les conditions de basse lumière ou les compositions de filé. Il faut quand
même avouer qu’a 24mm le système ne permet pas de gagner grand-chose, 1IL tout
au plus, mais à 70mm le VR prend toute son importance apportant jusqu’à 3IL de
marge (shoot au 1/20sec sans sourciller).

Ma photo

La photo que je souhaitais proposer à Nikon était un
portrait, sur fond noir dont les contours du visage et du corps seraient
éclairés, le reste plongé dans le noir.

Pour ce faire j’ai disposé un fond noir et deux flash 400w
modelés par des stripbox, qui ont l’avantage de ne pas trop disperser la
lumière. Le tout réglé au flashmètre pour plus de simplicité et surtout pour
s’assurer que la même quantité de lumière arrive de chaque côté du modèle.

Une fois la photo prise
j’ai fait quelques retouches simples : le passage en noir et blanc, la
suppression des bijoux (boucles d’oreille) et un peu de morphing (modification
des formes) pour apporter un peu plus de symétrie à mon portrait.

1
Using Format